Couverture de tôle galvanisée

Sommaire

Les couvertures de tôle galvanisée font partie de la famille des plaques de toit composées de différents types de matériaux dont l'acier galvanisé ou l'aluminium pour celles appelées tôles galvanisées. Les autres matériaux couramment rencontrés pour les plaques de toit sont le PVC, le polycarbonate, le composite, le verre, le fibrociment.

 

 

Règles et principes de mise en œuvre des tôles galvanisées

Comme toutes les plaques de couverture (ou plaques de toit) supportant ou non un autre revêtement (tuiles ou étanchéité), les plaques de tôles galvanisées doivent répondre aux normes NF EN 494.

Les tôles galvanisées sont posées sur des appuis (chevrons ou pannes de charpente métallique ou bois). L'étanchéité à l'eau est assurée par le recouvrement des plaques. Pour être efficaces, les recouvrements doivent être opposés aux vents dominants et au sens de l'écoulement des eaux, comme pour les couvertures en petits éléments (tuiles). Du coup, ce principe de recouvrement détermine l'ordre de pose des plaques ou tôles galvanisées.

La valeur du recouvrement transversal (dans le sens de la pente) est donnée par le fabricant : elle peut être de 20 cm ou 10 cm. Un recouvrement longitudinal doit être également réalisé pour éviter la remontée d'eau par capillarité. Les plaques ou tôles galvanisées doivent se superposer sur une demie ou une onde ou nervure. Le fournisseur peut préconiser un complément d'étanchéité selon la pente, la zone climatique et la situation du chantier, sous forme de mastic et de joint.

Bon à savoir : la fiche technique de la tôle galvanisée employée doit vous donner toutes ces précisions à l'aide de tableaux. Comme pour les couvertures de petits éléments (tuiles ou ardoises), les fournisseurs proposent des accessoires pour traiter les points singuliers et leur étanchéité : notamment faîtages, rives, noues et chéneaux.

Pose des plaques nervurées

Les nervures suivent le sens de la pente. Les fixations doivent résister aux efforts de soulèvement dus aux vents et transmettre une partie des charges aux pannes. C'est pourquoi les pannes des charpentes métalliques souvent légères comportent des contreventements en forme de croisillons.

Pour la pose des plaques nervurées, il faut se référer aux zones de vents désignées par le DTU 40.2 (document technique unifié). Le poids de la neige doit être également pris en compte dans les régions concernées comme pour toute toiture suivant le DTU 40.2 et la carte des zones de neige.

Les fixations des tôles galvanisées nervurées se font par vis ou par boulons au sommet de la nervure pour être le plus éloignées de la circulation d'eau. L'étanchéité du trou de la vis est assurée par une rondelle d'étanchéité et une plaquette d'appui. Les fixations se font par vis perforantes ou auto-taraudeuses pour un support bois ou un boulon crochet ou un crochet-tige fileté pour un support métallique.

Important : pour durer dans le temps, ces éléments doivent être protégés contre la corrosion.

Pose des plaques ondulées

Les règles et les principes de pose sont les mêmes que pour les tôles nervurées. Les systèmes de fixation sont légèrement différents pour s'adapter à l'ondulation qui est arrondie, alors que les plaques nervurées présentent des nervures anguleuses.

Ainsi on parle de tire-fond ou de boulons qui sont placés au somment de l'ondulation, toujours pour être le plus éloignés de la circulation d'eau. Les formes des rondelles et des plaquettes d'appui sont aussi adaptées à l'onde. Les fixations se font par tire-fond et plaquette sur une ossature bois et par agrafe et plaquette accrochées sur une ossature métallique.

Caractéristiques des tôles galvanisées

Formes

Les tôles galvanisées se présentent sous différentes formes :

  • plaques imitation tuile ;
  • plaques ondulées ;
  • plaques nervurées ;
  • bac acier.

Revêtements

La plupart des tôles utilisées en construction sont revêtues d'un autre matériau : les tôles galvanisées sont revêtues de zinc. Ce revêtement peut être aussi un alliage d'aluminium et de zinc. La masse totale du revêtement correspond à des valeurs moyennes normalisées entre 100 et 600 g/m². Les tôles prélaquées reçoivent un revêtement organique par cuisson au four : primaire et couche de finition. En tout cas, ondulées ou nervurées les tôles utilisées en toiture sont toujours revêtues.

Avantages et inconvénients

Les plaques en tôle galvanisée sont légères, peu coûteuses et simples à poser mais sont bruyantes, peu esthétiques, difficiles à isoler et sensibles à la pollution.

Par contre les plaques en tôle galvanisée ont une durée de vie longue, sont solides et résistantes à la mousse, contrairement aux tuiles.

Les plaques de tôles galvanisées ne nécessitent généralement pas de pannes intermédiaires, elles ont autoportantes. Elles sont donc posées et fixées sur les pannes suivant un écartement de 20 cm inférieur à la taille de la plaque.

La toiture bac acier est la forme évoluée des plaques de tôle galvanisée : elle sont plus performantes en matière d'étanchéité et d'isolation avec sa composition en double peau ou l'utilisation de panneaux sandwichs.

Désordres des tôles galvanisées

Le cas des plaques nervurées

Les couvertures en tôles d'acier galvanisé nervurées, non recouvertes d'un isolant et d'une étanchéité, sont sujets couramment à de défauts d'étanchéité récurrents et donc vulnérables aux infiltrations :

  • entre les plaques de tôle galvanisée ;
  • entre les plaques et les plaques PRV, polyester renforcé de verre, installées pour amener de la lumière ;
  • entre la partie courante de la toiture (où circule l'eau) et les chéneaux ou les pénétrations (éléments dépassant de la toiture comme, par exemple, une cheminée).

Les causes de ces désordres

Les causes de ces défauts d'étanchéité sont divers :

  • l'incompatibilité des éléments assemblées, notamment le décalage dans le rythme des ondes ;
  • les défauts d'entretien des chéneaux engorgés, bouchage des écoulements, débordements ;
  • pente insuffisante des chéneaux entraînant des stagnations et provoquant la corrosion du métal et son percement ;
  • défauts d'étanchéité des points singuliers : recouvrements des plaques, manque d'accessoires d'étanchéité au niveau des pénétrations, insuffisance d'étanchéité au droit des fixations.

Les précautions à prendre

Pour éviter au maximum les défauts d'étanchéité, plusieurs précautions sont à prendre :

  • Adapter les épaisseurs et les entraxes des pannes supportant les tôles nervurées en fonction des efforts subis par la couverture (vents, neiges, exposition) en tenant compte de votre situation et de votre environnement.
  • Utiliser des closoirs pour l'étanchéité des rives et des faîtages.
  • Être vigilant à la conception des chéneaux assez pentus, assez larges et dégagés, pour éviter toute stagnation d'eau. Il est conseillé de laisser un espace ouvert entre le débords des tôles et le mur latéral d'au moins 80 mm.
  • Vérifier le serrage des fixations : ni trop faible ni trop fort.

Cas particulier de la condensation

Attention ! Une ventilation insuffisante en sous-toiture ou un excès d'humidité dans les locaux aménagés sous les tôles galvanisées peuvent entraîner une condensation sous les couvertures en acier. Cela engendre des dégâts aussi importants que des infiltrations d'eau : humidification des isolants, déformation et effondrement des faux-plafonds.

Ce problème est dû à la faible conductivité thermique et la faible porosité des tôles galvanisées. Il faut adapter les pratiques de pose en fonction de l'endroit où est placé l'isolant. Ainsi, les composants isolants et pare-vapeur seront conçus et positionnés en fonction de l'usage du bâtiment, des besoins d'isolation et de ventilation des locaux aménagés.

Coûts des tôles galvanisées

Suivant leur aspect ou leur destination, le prix des tôles galvanisées varient. À titre indicatif, voici quelques ordres de prix :

  • Plaque imitation tuile en acier laqué galvanisé, avec choix de couleur : 22 € à 25 €/m².
  • Plaque ondulée simple en acier galvanisé, couleur métal, 0,90 × 2,50 m : entre 8,50 € et 10 €/m².
  • Plaque nervurée en acier galvanisée de couleur : entre 13 € et 15 €/m².
  • Plaque imitation tuile en aluminium : entre 18 € et 22 €/m².
  • Plaque de bac acier sans accessoire ni étanchéité, entre 8 € et 10 €, mais, en comptant les accessoires et l'étanchéité, le prix est en moyenne de 35 € à 40 €/m².

Ces pros peuvent vous aider