Abergement

Sommaire

L’abergement est un ensemble de tôles, souvent en zinc. Elles sont mises en forme et assemblées par le couvreur-zingueur, par soudure ou à froid, pour pouvoir assurer l’étanchéité autour des accidents de toiture (souche de cheminées par exemple). Il existe certains modèles qui s’assemblent et se posent sans soudure. Ces éléments, participant à l’étanchéité, doivent être traités avec soin.

La toiture et ses accidents

La toiture est constituée par des pans ou une surface plane, mais différents éléments peuvent la traverser.

La toiture est une protection

Plate ou en pente, à un, deux ou quatre pans, elle est nécessaire pour protéger l’habitat des intempéries. La couverture et la charpente vont travailler dans le temps. Elles peuvent légèrement se déformer, se tasser. Ces éléments sont notamment soumis à de possibles dilatations, selon les matériaux employés.

Tous les procédés utilisés pour l’étanchéité doivent donc prendre cela en compte.

Les accidents de toiture

Ce sont les éléments saillants, notamment les différents accessoires qui ne sont pas dans le plan de la couverture : sortie de cheminée, sortie d’aération, lucarne, trappe d’accès extérieure, fixations de panneaux solaires, etc. Ce sont également les changements d’angle soudains dans la toiture, comme les lignes de bris. Pour être sûr qu’aucune infiltration n’aura lieu, il est indispensable d’étancher le raccordement entre ces éléments et la couverture.

Pendant des décennies, tant que les mastics de synthèse n’existaient pas, le zingueur était le seul homme de l’Art à pouvoir garantir la bonne exécution de ces abergements.

Toiture

Article

Lire l'article

Abergements : plus complexes qu’il n’y paraît

Il faut qu'ils conviennent parfaitement à la pente de toiture, au matériau de couverture et au type d’accident.

Le solin est la partie qui va recouvrir l’angle entre la couverture et l’accident de toiture. Il peut être maçonné, mais il est le plus souvent en métal. Le solin remonte contre l’élément saillant auquel il est fixé mécaniquement. Une bande formant joint ou un mastic silicone vient couvrir le sommet de cet ouvrage, bouchant le trou entre l’accident de toiture et la feuille de solin.

Le porte solin est un élément qui va se fixer ou être encastré dans une saignée pratiquée dans l’élément saillant et qui redescend sur la couverture, la gouttière ou le chéneau pour réaliser l’étanchéité.

L’abergement traditionnel

Il est composé de bandes métalliques (zinc, cuivre, acier galva, plomb, etc.) qui sont pliées et façonnées pour s’adapter au mieux aux ouvrages existants. Ces différentes parties sont soudées sur place ou collées entre elles, selon le contexte et les matériaux.

Le pliage de la tôle est un élément très important, afin de préparer le chantier, de faciliter la pose et d’obtenir une étanchéité parfaite. Il est réalisé grâce à une plieuse d’atelier.

L’abergement en kit

L’abergement traditionnel demande une main-d’œuvre qualifiée et un travail assez long. Les fabricants ont donc développé des éléments en kits, qui sont utilisés dans les constructions standardisées.

Très répandus pour les entourages de cheminée, ils ont l’avantage de pouvoir être posés rapidement, sans travaux préparatoires. Réglables, ils s’adaptent aux situations les plus courantes. Ils sont le plus souvent fixés et collés à froid avec des mastics extérieurs.

Important : pour les interventions sur le toit, n’oubliez jamais les équipements de protection individuelle.

Prix d’un abergement

Impossible à donner en traditionnel, chaque cas est différent et nécessite des quantités de matériaux et une mise en œuvre différentes. Pour un abergement de cheminée en kit, à poser par vous, comptez environ 100 € sans le mastic.

Toiture

Article

Lire l'article

Lire l'article

Ces pros peuvent vous aider