Réussir l'isolation d'une toiture plate

Sommaire

Pour isoler une toiture plate, il est préférable de procéder par l'extérieur : on atteint de meilleures performances thermiques, sans réduire l’espace habitable. De plus, le plein usage des locaux est conservé pendant la durée des travaux.

Les matériaux nécessaires se choisissent en fonction de la structure porteuse (ossature bois, dalle béton, etc.) et de l’accès à la toiture : ponctuel ou permanent.

Voici étape par étape comment réussir l'isolation d'une toiture plate.

Lire l'article

Zoom sur l'isolation d'une toiture plate

Les différents procédés d’isolation

  • La « toiture chaude » est la technique la plus sûre.
    • On pose d’abord une couche d'isolant (en interposant un pare-vapeur), puis on le recouvre d’une membrane d’étanchéité.
    • Il convient à tous les cas de figure : toiture-terrasse, toiture non accessible avec ou sans protection lourde (gravier), surface végétalisée, etc.

Bon à savoir : ce principe optimise l’efficacité thermique de la toiture.

  • La « toiture inversée » est une autre solution envisageable en présence d'un système d’étanchéité existant.
    • Le principe consiste à poser la couche isolante directement sur la membrane étanche, à condition que celle-ci soit en bon état.
    • Cette seconde méthode est plus économique et rapide à mettre en œuvre, puisqu’il n’y a pas d’étanchéité à réaliser.
    • Cependant, même recouvert d'une protection lourde, l'isolant reste exposé aux infiltrations d'eau de pluie et ses performances en souffrent plus ou moins rapidement. 
  • La « toiture combinée » est mise en place lorsque l'épaisseur des panneaux isolants est insuffisante pour obtenir les performances recherchées.
    • Cette solution consiste à doubler les panneaux isolants.
    • Une membrane d’étanchéité est intercalée entre les deux épaisseurs d'isolant, puis le tout est recouvert d’une nappe de protection. 

Les différents isolants pour toiture plate

  • Les isolants en panneaux rigides (mousses synthétiques, laine de roche à très haute résistance mécanique…) sont à privilégier en isolation extérieure de toit plat.
  • Dans ce domaine, les isolants synthétiques, à bords droits ou à emboîtement de rainures et languettes (simples ou doubles), s'avèrent les plus performants.
  • Pour répondre aux exigences minimales de la RT 2012 (résistance thermique minimale R = 4,5 m².K/W), l'épaisseur nécessaire est de l'ordre de :
    • 10 à 12 cm pour le polyisocyanurate (PIR) ;
    • 12 à 14 cm pour le polyuréthane (PUR) ;
    • 14 à 16 cm pour le polystyrène extrudé (PSX) ;
    • 16 à 18 cm pour le polystyrène expansé (PSE).

Bon à savoir : la laine de roche à très haute résistance mécanique offre des performances de même niveau que le PSE. 

1. Préparez la toiture plate

  • Examinez la surface du toit et assurez-vous de pouvoir marcher dessus sans aucun risque.
  • À l’aide d’une règle de maçon surmontée d’un niveau à bulle, vérifiez l’indispensable pente d’écoulement.
    • Elle doit être au minimum de 1 % pour une toiture inaccessible ou seulement de façon ponctuelle, et de 2 à 5 % pour un toit-terrasse (selon sa superficie).
    • Dans tous les cas, l’écoulement doit se faire en direction de l’orifice d’évacuation, qui peut être à sortie horizontale (située dans l’acrotère) ou verticale (débouchant du toit). 

Remarque : l'acrotère est le rebord ou le muret qui ceinture le toit dans le prolongement des murs de façade. Qu’il soit à ossature bois ou maçonné, sa hauteur est au minimum de 15 cm.

  • Éliminez à la spatule ou au grattoir les mousses éventuelles et les parties qui n’adhèrent plus.
  • Donnez un bon coup de balai ou d’aspirateur de chantier. 
  • Rebouchez si besoin les trous, fissures, crevasses à l’aide de produits adaptés au support : mastic d’étanchéité, bande polyester et enduit bitumeux, morceaux de membrane aluminisée, etc.

Bon à savoir : certains produits s'appliquent à froid (à l'aide d'une brosse plate, d'un pistolet à cartouche, etc.), les autres à chaud (avec un fer de couvreur ou un chalumeau, disponibles en location).

2. Posez le pare-vapeur sur la toiture plate

L’un des procédés les plus simples consiste à recouvrir la toiture d'un enduit d’imprégnation puis à poser un pare-vapeur autocollant en rouleau, de type bitume élastomère par exemple.

Appliquez l'enduit d’imprégnation

L’enduit est un produit en phase aqueuse, sans solvant, qui fait office de primaire.

  • Démarrez l’application à l’opposé de l’accès principal (porte-fenêtre, trémie d’escalier…) ou de l’endroit choisi pour quitter la terrasse.

Bon à savoir : vous devrez sinon patienter 15 min à 2 h, jusqu’au complet séchage de l’enduit, pour quitter la terrasse !

  • À l'aide d'un rouleau à peindre ou d'une raclette en caoutchouc (fixés au bout d’un long manche), appliquez l'enduit sur toute la surface du toit. 
  • Laissez sécher.

Posez le pare-vapeur

L’imprégnation ayant séché, vous pouvez poser le pare-vapeur. 

  • Déroulez entièrement le premier lé et coupez-le à la longueur adéquate.
  • Détachez son film protecteur sur quelques centimètres pour amorcer la pose au ras de l’acrotère. 
  • Ajustez le placement. 
  • À deux personnes, tirez sur le film protecteur tout en passant un balai ou un rouleau maroufleur sur le pare-vapeur, afin d'éviter les plis et les bulles d'air. 
  • Posez les lés suivants de la même façon, bord à bord, en travaillant à deux personnes pour plus de facilité.

Bon à savoir : il existe aussi des pare-vapeurs bitumeux à souder en plein au chalumeau, posés sur un enduit d’imprégnation compatible. Leur emploi est conseillé sur les toits plats en béton recouvrant des locaux à forte hygrométrie.

3. Posez les panneaux isolants sur la toiture plate

L'isolant rigide peut se fixer de plusieurs façons :

  • mécaniquement (chevilles étoiles à frapper, plaquettes de répartition + vis autoforeuses…) ;
  • par collage en adhérence partielle (cordons de mastic PU, colle bitumeuse en pâte…) ou totale (colle bitumeuse liquide sur toute la surface).

Cas 1 : posez l'isolant avec fixation mécanique

  • Commencez par installer tous les panneaux isolants sur la toiture. Posez-les en quinconce (à joints alternés).

Bon à savoir : veillez à bien caler les panneaux le long des rives (en bordure de la surface de toit).

  • Découpez si besoin les panneaux à la scie égoïne, munie d'une lame à bois ou à matériaux.
  • Percez en série des avant-trous dans l'isolant de part en part, jusque dans le matériau porteur, pour placer les fixations. Utilisez un foret de diamètre adapté.

Bon à savoir : la dimension des fixations et leur nombre sont précisés dans le cahier des charges du fabricant. Cela dépend de plusieurs paramètres : format et épaisseur des panneaux, résistance à l'arrachement attendue, etc.

  • Posez des plaquettes de répartition ou des chevilles étoiles dans les avant-trous.
  • Vissez ou clouez pour finir, selon le modèle de fixation.

Cas 2 : posez les panneaux isolants par collage

En collage par adhérence partielle, la pose s'effectue à l'avancement. 

  • Déposez d'épais cordons de mastic PU, parallèlement ou en zigzag, puis placez le panneau.
  • Quand cela est nécessaire, faites les découpes des panneaux à la scie égoïne (avec une lame à bois ou à matériaux).
  • Disposez les panneaux isolants en quinconce (à joints alternés) et calez bien les panneaux en bordure de toit.

4. Réalisez l’étanchéité de la toiture plate

L'étanchéité peut s'effectuer avec du feutre bitumeux ou une membrane EPDM, après application d'un primaire d'accrochage.

Appliquez le primaire d'accrochage

  • Appliquez un primaire de type « Roofprimair » au rouleau ou à la brosse.
  • Recouvrez non seulement la surface courante mais également l'acrotère pour protéger la toiture plate des intempéries.
  • Attendez le complet séchage du primaire (de 15 min à 4 h) avant d'étancher le toit.

Disposez la première couche de feutre bitumeux

Important : deux couches sont nécessaires en toiture neuve pour garantir la pérennité de l'étanchéité.

Le feutre bitumeux, disponible en rouleaux, peut être collé à froid ou à chaud.

  • Posez les lés en respectant un recouvrement de 10 cm. 
  • Créez les remontées d'étanchéité (sur l'acrotère, les sorties de toit…) en dépassant le niveau du sol d’au moins 15 cm. 
  • Aux angles, n'entaillez pas la membrane (risque d'infiltration) mais repliez les coins sur eux-mêmes, après avoir encollé.
  • S'il s'agit d'une pose à chaud, déroulez le feutre à l'aide d'une crosse tout en chauffant la sous-face bitumeuse au chalumeau. Ce travail, qui s'effectue en reculant, demande une certaine dextérité

Bon à savoir : disponible en grande largeur, la membrane EPDM peut recouvrir la surface d'un seul tenant, sans raccord. Étalez-la sur la toiture en équilibrant le débord de tous côtés et laissez-la reposer une heure durant, afin de libérer les tensions dues au procédé de fabrication.

Installez la deuxième couche d'étanchéité

  • Enroulez ou repliez une moitié de la membrane sur elle-même.
  • Effectuez l'encollage :
    • avec une colle liquide, pratiquez un double encollage en plein (à la brosse ou au rouleau) ;
    • avec une colle en cartouche (moins contraignante), déposez des cordons dans le sens transversal tous les 50 cm environ sur le support uniquement.
  • Rabattez rapidement la membrane et marouflez du centre vers les bords.
  • Répétez la procédure sur l'autre moitié.

Important : n'oubliez pas une seconde que vous travaillez sur un toit et prenez toutes les précautions d'usage ! Arrimez-vous autant que possible et déplacez-vous avec précaution, en particulier à reculons.

5. Finalisez l'isolation de la toiture plate

  • Assurez-vous de la continuité de l'étanchéité sur les remontées et sur le dessus de l'acrotère.
  • Renforcez les points singuliers (bouches d'évacuation, sorties de toit…) en collant des pièces préformées ou découpées par vos soins. 

Bon à savoir : à chaque fois, marouflez bien la membrane, y compris le long des arêtes saillantes et rentrantes.

  • Si la toiture plate jouxte un bâtiment, réalisez de même une remontée d'étanchéité le long de la jonction et fixez un profilé d'arrêt pour terminer.

Bon à savoir : il existe des accessoires préfabriqués (couvertines en acier galvanisé ou en tôle d’aluminium par exemple) pour décorer l'acrotère et parfaire l’étanchéité.

Ces pros peuvent vous aider