Solin en mortier

Sommaire

Un solin en mortier, ou solin maçonné, est un filet de mortier qui protège la rive d’une toiture contre un mur. Faut-il le préférer à d'autres types de solins ? Comment le poser ? Voici quelques éléments de réponses.

Les propriétés du solin en mortier

Un solin assure l’étanchéité entre des tuiles et contre un mur. Œuvre maçonnée en guise de couvre-joint, il est apposé au droit du premier rang de tuiles sur la hauteur du pan ou sur la longueur du faîte lorsque celui-ci est adjacent à un mur. Un solin en mortier est solide, lourd, de couleur grise et recouvre tuiles plates ou tuiles rondes.

Note : le mortier est un agrégat utilisé en maçonnerie à base de sable, de ciment et d'eau (peuvent y être adjoint de la chaux hydraulique et un hydrofuge).

Avantages et inconvénients du solin en mortier

Atouts

Généralement mis en œuvre lors d’une réfection de toiture ou d’un suivi, un solin en mortier présente plusieurs avantages :

  • économique, car son prix de revient est faible comparativement au solin en plomb et/ou en zinc ;
  • pratique, car nécessitant peu de matériel (au minimum gâche, truelle et mortier) ;
  • facile d’application et répondant à toutes les configurations en neuf et en rénovation.

Limites

Les inconvénients attribués au solin en mortier se justifient néanmoins :

  • il ne permet aucune dilatation ;
  • il peut se fissurer au gré du temps et se décrocher par blocs ;
  • il est indémontable mais cassable, contrairement aux autres solins ;
  • il doit être posé par temps sec.

Bon à savoir : les solins en mortier assuraient l’étanchéité des anciennes couvertures et sont surtout réalisés aujourd’hui en rénovation, par souci esthétique du bâti ou pour des raisons économiques. Les solutions sèches (solin de plomb ou zinc) permettant la dilatation des ouvrages sont retenues par les professionnels, car de pose plus facile, de poids plus léger et démontables sans génération de déchets.

Solin en mortier : fabrication et pose

Fabrication du mortier

La fabrication d’un mortier nécessite peu de matériel et d'outillage :

  • un seau et/ou une gâche, une pelle, une truelle, une éponge et une balayette ;
  • de l’eau, du ciment, du sable et de la chaux hydraulique (1 volume de chaux pour 2,5 de sable et 1 truelle de ciment mélangée à un peu d’eau). Le mélange doit être pâteux et non liquide.

Pose du solin

Après la réalisation du mortier (qui peut être acheté tout prêt), la pose consiste à :

  • nettoyer puis humidifier tuiles et mur ;
  • appliquer le mortier en scellant les tuiles : il s'agit de monter le solin en biseau sur la longueur et de manière régulière ;
  • nettoyer les traces de mortier sur les tuiles.

Bon à savoir : fibrer le mortier avec de la paille de chanvre permet de lui assurer une meilleure tenue ; l’utilisation d’un liant hydrofuge est conseillé. Une légère saignée peut être réalisée sur le mur pour l’application du mortier.

Solin en mortier : prix et distribution

Les matériaux comme les outils pour la constitution du mortier sont distribués par les magasins de bricolage pro et grand public, les distributeurs spécialisés en couverture et sur Internet.

Pour constituer le mortier, comptez environ :

  • 12 € pour 12 kg de chaux hydraulique ;
  • 7 € un sac de ciment de 35 kg ;
  • 3 € un sac de sable de 35 kg.

Les tarifs des entreprises de couverture sont variables, car fonction de plusieurs critères (composition du mortier, longueur du solin, neuf ou rénovation, région).

 

Ces pros peuvent vous aider